Nouvelles

(30 octobre 2012) - Un rapport publié par le Comité des Régions montre que si la stratégie de croissance «Europe 2020» bénéficie d'un soutien quasi général, il est toutefois urgent d'engager davantage de ressources financières et de mieux impliquer les autorités locales et régionales si l'on veut atteindre les objectifs ambitieux que s'est fixé l'UE.

Publié dans toutes les langues officielles de l'Union, le «Troisième Rapport de suivi sur la stratégie Europe 2020» montre que, deux ans après son lancement, Europe 2020 a bien donné des résultats positifs, notamment la création d'un "langage partagé" entre tous les niveaux de gouvernance, ainsi que l'encouragement à se donner des objectifs plus ambitieux sur le plan de la politique locale et régionale. Des coopérations multi-niveaux, ciblant les objectifs d'Europe 2020, commencent à apparaître ici et là, sans doute encouragées par l'expérience du partenariat déployé dans le cadre de la politique de cohésion.

Mais ce rapport témoigne aussi d'un manque de coordination entre des instruments politiques différents, aggravé par un manque de ressources financières à la disposition des objectifs d'Europe 2020. Il fait également état de la grande nécessité d'une simplification administrative et d'un renforcement des capacités opérationnelles des administrations publiques locales et régionales.

Le rapport montre également que, dans un contexte de crise économique, de dette publique et de politiques de stabilisation de l'euro, les dépenses locales et régionales de la plupart des autorités locales et régionales (ARL) sont particulièrement touchées. Pour se concentrer sur des interventions sociales anticrise, nombre d'ARL ont dû réduire drastiquement ces investissements qui étayent la croissance.

Télécharger le rapport

TOP