Nouvelles

(15 octobre 2018) - La colère montait dimanche en Italie après que le ministère de l’Intérieur, dirigé par le leader d’extrême-droite Matteo Salvini, eut ordonné le transfert dans des centres d’hébergement de migrants qui avaient été accueillis dans un village de Calabre, Riace, présenté comme un modèle d’intégration.

Riace
© Altritaliani

Samedi, après l’arrestation en début de mois du maire du village de Riace, Domenico Lucano, accusé d’avoir commis des irrégularités au profit des demandeurs d’asile, le ministère de l’Intérieur a ordonné le transfert vers des centres d’hébergement des migrants qui se sont installés dans le village.

L’initiative du maire Domenico Lucano, dont le programme d’accueil des migrants a été accompagné de la restauration de maisons abandonnées et de la réouverture d’ateliers d’artisans, a été présentée comme un modèle pouvant être reproduit pour faire revivre d’autres communes moribondes.

«Arrêtez Salvini. Ne fermez pas les yeux», a lancé pour sa part l’Association nationale des partisans d’Italie (ANPI) dans un appel au Mouvement 5 étoiles (M5S), parti antisystème membre de la coalition au pouvoir aux côtés de la Ligue. L’ANPI a estimé que le gouvernement devrait plutôt partir en guerre contre le crime organisé en Calabre, bastion de la mafia.

Quelque 200 personnes qui se sont établies dans cette localité dépeuplée seront affectées, selon des médias italiens. (Ouest-France)

En savoir plus

TOP

En vertu du Règlement général sur la protection des données (RGPD), l’AEIDL garantit la confidentialité et la sécurité de vos données personnelles. Les cookies ne sont utilisés qu'à des fins statistiques quantitatives.

Pour en savoir plus, contactez-nous à l’adresse privacy@aeidl.eu.