Nouvelles

(09 janvier 2019) - Des centaines de femmes enceintes, d'enfants non accompagnés et de survivants de la torture sont abandonnés dans les camps de réfugiés sur les îles grecques, révèle un rapport d'Oxfam.

Oxfam.
© Giorgos Moutafis / Oxfam

Le rapport explique en détail comment le système d'identification et de protection des personnes les plus vulnérables s'est effondré en raison d'un manque chronique de personnel et de procédures défectueuses.

Durant une grande partie de l'année écoulée, il n'y a avait qu'un seul médecin pour examiner jusqu'à 2 000 personnes arrivant chaque mois. En novembre, il n'y avait pas de médecin du tout, de sorte qu'il n'y avait pas de dépistage médical pour identifier les personnes les plus vulnérables.

Le rapport «Vulnerable and abandoned» publie les récits de mères envoyées hors de l'hôpital pour vivre sous tente quatre jours après avoir accouché par césarienne. Il fait parler des survivants de violences sexuelles et d'autres traumatismes qui vivent dans des camps où des bagarres éclatent régulièrement et où les deux tiers des habitants disent ne jamais se sentir en sécurité.

Des centaines de migrants vulnérables sont regroupés dans le camp «hotspot» de l'UE de Moria, qui a doublé sa capacité.

En savoir plus (EN)

TOP

En vertu du Règlement général sur la protection des données (RGPD), l’AEIDL garantit la confidentialité et la sécurité de vos données personnelles. Les cookies ne sont utilisés qu'à des fins statistiques quantitatives.

Pour en savoir plus, contactez-nous à l’adresse privacy@aeidl.eu.