Nouvelles

(05 mars 2019) - L’ONG foodwatch s’insurge du parrainage de la présidence roumaine de l’UE par Coca-Cola. La multinationale milite par ailleurs contre une nouvelle législation sur le sucre.

Coca-Cola
© foodwatch

Des sigles Coca-Cola étaient partout lors d’un événement de la présidence roumaine du Conseil de l’UE. Ce n’est pas la première fois. Les entreprises peuvent sponsoriser ces événements, et Coca-Cola avait déjà conclu un accord avec la présidence polonaise en 2011.

Cela ne rend pas la présence de multinationales à des sommets politiques de haut niveau plus facile à accepter pour autant. Surtout à l’approche d’élections marquées par une défiance croissante vis-à-vis des institutions et de leur indépendance. Et surtout quand il s’agit de Coca-Cola, à quelque mois d’une révision de la législation alimentaire, qui pourrait se pencher sur l’idée de taxes sur le sucre, ainsi que de débats sur l’étiquetage nutritionnel sur les emballages des denrées alimentaires.

L’ONG a donc lancé une pétition en Allemagne, en France et au Pays-Bas, pour demander au président du Conseil, Donald Tusk, de mettre en place des règles empêchant tout possible conflit d’intérêts à l’avenir. Dans une lettre ouverte à Donald Tusk et Viorica Dăncilă, la Première ministre roumaine, foodwatch demande aussi l’arrêt du partenariat. (EurActiv)

En savoir plus

TOP

En vertu du Règlement général sur la protection des données (RGPD), l’AEIDL garantit la confidentialité et la sécurité de vos données personnelles. Les cookies ne sont utilisés qu'à des fins statistiques quantitatives.

Pour en savoir plus, contactez-nous à l’adresse privacy@aeidl.eu.