Nouvelles

(06 mars 2019) - En 2017, quelque 825 000 personnes ont acquis la nationalité d’un État membre de l’Union européenne, un chiffre en baisse par rapport à 2016. La majorité était des ressortissants de pays tiers ou des apatrides.

Passport
© Mohamed Mahmoud Hassan

Ensemble, les Marocains, les Albanais, les Indiens, les Turcs, les Roumains, les Pakistanais, les Polonais et les Brésiliens représentaient un tiers environ (34%) du nombre total de personnes ayant acquis la nationalité d’un État membre de l’UE en 2017.

Les Roumains (25 000 personnes), les Polonais (22 000) et les Britanniques (15 000) constituaient les trois plus grands groupes de citoyens de l’UE ayant obtenu la nationalité d’un autre État membre.

Le nombre de ressortissants britanniques devenus citoyens d’un autre État membre de l’UE a plus que doublé en 2017 (de 6 555 personnes en 2016 à 14 911 en 2017, soit +127%).

En 2017, les taux de naturalisation les plus élevés ont été enregistrés en Suède (8,2 octrois de nationalité pour 100 résidents étrangers), en Roumanie (5,9) et en Finlande (5.0), suivies du Portugal (4,5), de la Grèce (4,2) et de Chypre (3,9).

En savoir plus

TOP

En vertu du Règlement général sur la protection des données (RGPD), l’AEIDL garantit la confidentialité et la sécurité de vos données personnelles. Les cookies ne sont utilisés qu'à des fins statistiques quantitatives.

Pour en savoir plus, contactez-nous à l’adresse privacy@aeidl.eu.