Nouvelles

(18 novembre 2019) - Les jeunes agriculteurs qui acquièrent des terres par le biais de contrats non conventionnels sont éligibles aux subventions de l’UE. Mais en pratique, les contraintes administratives et l'appât du gain des propriétaires empêchent les nouveaux entrants à en bénéficier.

Agriculture
© Adrian Cable

La plupart des terres agricoles européennes sont aux mains d’agriculteurs grisonnants: plus de la moitié des terres agricoles sont gérées par des Européens de plus de 55 ans, et près d’un tiers de plus de 65 ans. Seulement 6% de la superficie totale des terres sont exploités par des agriculteurs de moins de 35 ans.

Un transfert générationnel est donc nécessaire pour permettre aux nouveaux agriculteurs d’accéder à la profession, et assurer ainsi l’avenir du secteur agricole européen. Le Parlement européen a conscience du problème. «Pour parvenir à une agriculture durable, les jeunes agriculteurs doivent pouvoir investir et acquérir des terres agricoles» soulignait le Parlement européen dans un rapport d’initiative sur la réforme de la PAC.

Toutefois, au lieu d’être un catalyseur pour les nouveaux arrivants dans l’agriculture, les subventions directes, combinées à des mesures de soutien inadéquates, ont souvent pour effet d’entraver l’entrée en activité des agriculteurs potentiels. (EurActiv)

En savoir plus

TOP

En vertu du Règlement général sur la protection des données (RGPD), l’AEIDL garantit la confidentialité et la sécurité de vos données personnelles. Les cookies ne sont utilisés qu'à des fins statistiques quantitatives.

Pour en savoir plus, contactez-nous à l’adresse privacy@aeidl.eu.