Nouvelles

(21 janvier 2020) - Le commissaire au marché intérieur Thierry Breton évoque des sources de financement non conventionnelles, auxquelles pourrait contribuer la BCE, qui ne seraient pas considérées comme de la dette pour les Etats. Objectif: dégager 1000 milliards d’euros pour financer le Green deal.

Euro
© geralt

Thierry Breton évoque une solution à tiroirs pour trouver ces financements. A commencer par la création d’obligations de très long terme, «de 20, 30 voire 50 ans, qui permettrait de profiter des taux d’intérêt bas voire négatifs», un outil tout à fait approprié pour la transition écologique selon lui.

«Le dispositif pourra être déconsolidant au niveau de la dette» ajoute-t-il, ce qui permettrait de sortir ces financements du calcul du déficit selon les critères de Maastricht, la dette étant au départ émise par les Etats.

La seconde partie de ce financement non conventionnel reposera sur le mécanisme d’ajustement carbone aux frontières. Les ressources issues de cette taxe appliquée aux produits en provenance de zones non soumises à un prix du carbone seront aussi mises à contribution pour financer la transition. (EurActiv)

En savoir plus

TOP