Nouvelles

(21 octobre 2020) - La pollution de l'air coûte en moyenne 1 276 euros par an à un habitant des villes européennes, selon la plus grande étude réalisée jusqu’ici sur ce sujet. L'Italie domine le top dix des villes ayant les coûts les plus élevés par habitant.

Pollution
© EPHA

Réalisée pour l'Alliance européenne pour la santé publique (EPHA), l’étude quantifie la valeur monétaire des décès prématurés, des traitements médicaux, des journées de travail perdues et des autres coûts de santé causés par les trois polluants atmosphériques qui provoquent le plus de maladies et de décès: les particules fines, l'ozone (O₃) et le dioxyde d'azote (NO₂).

L'étude a porté sur 432 villes de l'UE, du Royaume-Uni, de la Norvège et de la Suisse. Les coûts de la pollution atmosphérique pour les habitants de ces villes s'élèvent à 166 milliards d'euros par an, soit 385 millions d'euros par ville en moyenne.

Lorsqu'on les regroupe par ville plutôt que par coût par habitant, on note que les personnes vivant dans les grandes villes chères sont confrontées aux coûts de pollution les plus élevés en raison de la densité de population et de revenus et dépenses plus élevés.

Mais les villes d'Europe centrale et orientale se démarquent de cette tendance et figurent en bonne place dans le tableau d'impact, malgré des niveaux de revenus plus faibles, car une pollution atmosphérique particulièrement nocive y fait des ravages. Ainsi, un habitant de Bucarest doit faire face aux coûts les plus élevés: 3 004 euros, contre 382 euros à Santa Cruz de Tenerife, ville peu polluée.

En savoir plus (EN)

TOP