Nouvelles

(10 juillet 2019) - Au 1er janvier 2019, la population de l'Union européenne était estimée à près de 513,5 millions, contre 512,4 millions au 1er janvier 2018. La variation démographique (positive, avec +1,1 million d'habitants) est due à la migration nette.

Eurostat
© Eurostat

Avec 83 millions de résidents (soit 16,2% de la population totale de l'UE), l'Allemagne est l'État membre de l'UE le plus peuplé, devant la France (67 millions, soit 13,1%), le Royaume-Uni (66,6 millions, soit 13,0%), l'Italie (60,4 millions, soit 11,8%), l'Espagne (46,9 millions, soit 9,1%) et la Pologne (38 millions, soit 7,4%).

La plus forte croissance démographique a été observée à Malte (+36,8 pour 1 000 résidents), devant le Luxembourg (+19,6‰), l'Irlande (+15,2‰) et Chypre (+13,4‰), la Suède (+10,8‰), la Slovénie (+6,8‰), la Belgique (+6,1‰), l’Espagne et les Pays-Bas (+5,9‰ chacun) et les Royaume-Uni (+5,6‰). À l'opposé, la plus forte baisse de la population a été enregistrée en Lettonie (-7,5‰), suivie par la Bulgarie et la Croatie (-7,1‰ chacune), la Roumanie (-6,6‰) et la Lituanie (5,3‰).

L'Irlande (avec un taux d'accroissement naturel de sa population de +6,1‰) restait en 2018 l'État membre où le nombre de naissances a le plus largement dépassé le nombre de décès, devant Chypre (+4,1‰), le Luxembourg (+3,2‰), la Suède (+2,3‰), la France (+2,2‰), le Royaume-Uni (+1,7‰) et Malte (+1,6‰).

En savoir plus

TOP