Nouvelles

(18 février 2020) - Aujourd'hui, les ministres des Finances de l'UE ont mis à jour la liste de l'UE des «juridictions fiscales non coopératives». Cette liste diffère de l'indice du secret financier 2020 du Réseau pour la justice fiscale, également publié aujourd'hui.

Panama Papers
© cocoparisienne

Quatre pays ou territoires (les Îles Caïmans, les Palaos, le Panama et les Seychelles) ont été ajoutés à la liste des juridictions fiscales non coopératives, ceux-ci n'ayant pas respecté les normes requises dans le délai imparti.

Ils rejoignent les huit juridictions (les Samoa américaines, les Fidji, Guam, le Samoa, Oman, Trinité-et-Tobago, le Vanuatu et les Îles Vierges américaines) qui figuraient déjà sur la liste et continuent à ne pas respecter les normes.

En revanche, plus de la moitié des pays ayant fait l'objet de l'exercice d'inscription sur la liste de 2019 ont été totalement retirés de la liste, car ceux-ci se sont à présent conformés à toutes les normes de bonne gouvernance fiscale.

Cependant, selon le rapport d’OXFAM 2019, "les faibles critères d'évaluation de l'UE ignorent de nombreuses pratiques fiscales dommageables, telles que des taux d'imposition des sociétés faibles ou nuls" (...) et "les gouvernements refusent d'agir efficacement contre les paradis fiscaux à l'intérieur des frontières de l'UE".

Selon l'indice du secret financier 2020 du Réseau pour la justice fiscale, également publié aujourd'hui, les dix principaux facteurs favorisant le secret financier dans le monde sont actuellement les îles Caïmans, les États-Unis, la Suisse, Hong Kong, Singapour, le Luxembourg, le Japon, les Pays-Bas, les îles Vierges britanniques et les Émirats arabes unis.

En savoir plus

TOP